Le moustique tigre – informations aux particuliers ?>

Le moustique tigre – informations aux particuliers

Ce qu’il faut savoir sur le moustique :

https://www.occitanie.ars.sante.fr/le-moustique-tigre-informations-aux-particuliers

dépliant_moustiques_2017

 

L’arrivée des beaux jours rime souvent avec l’arrivée des moustiques. Toujours en tête du classement des insectes les plus énervants,l’Agence régionale de santé (ARS) et la Préfecture de Haute-Garonne ont décidé de leur déclarer la guerre, en particulier aux moustiques tigres. Cela passe d’abord par des gestes au quotidien, comme le rappelle Nicolas Sauthier, responsable du pôle Prévention gestion des alertes sanitaires à l’ARS : «Le moustique tigre est un insecte urbain, il ne faut pas laisser des points d’eau stagnante. Même un bouchon d’eau peut leur suffire. Pour éviter cela, il y a des gestes simples : éliminer les endroits où l’eau peut stagner, changer l’eau des plantes et des fleurs une fois par semaine, vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées dans les gouttières, couvrir les réservoirs d’eau, couvrir les piscines hors d’usage et éliminer les lieux de repos des moustiques adultes (limiter l’arrosage, ramasser les fruits tombés des arbres).

Le danger des moustiques tigres est qu’ils peuvent transmettre le virus de la dengue, du chikungunya ou du zika. Deux cas de figure peuvent se présenter, une personne rentre de voyage malade et est piquée, ou plus rarement une personne tombe malade sans avoir voyagé. L’ARS prévient surtout pour le premier cas de figure, comme l’indique Nicolas Sauthier : «Tous les voyageurs pouvant présenter un risque sont contrôlés à leur arrivée en France. Si une personne est malade, nous effectuons une démoustication dans la zone où il réside. Les moustiques ne vont pas plus loin que 150 mètres. Nous ciblons ces zones en particulier». La question de la démoustication globale revient souvent dans l’espace public, de nombreuses personnes souhaiteraient voir le fléau du moustique disparaître à jamais. Le spécialiste de l’ARS explique pourquoi cela est impossible : «Il y a plusieurs raisons. D’abord nous avons des produits qui fonctionnent très bien contre les moustiques. Si nous tentions de tous les éliminer, petit à petit ils deviendraient résistants à ce produit. Si ce produit était utilisé à très grande échelle, il pourrait être nocif pour l’environnement et donc pour l’homme. Finalement, dans l’hypothèse où un Airbus diffusait ce produit partout au-dessus de Toulouse, les moustiques disparaîtraient pendent seulement cinq jours, car il n’élimine pas les œufs».

Contrairement à la tendance actuelle, Nicolas Sauthier ne se veut pas alarmiste sur la situation actuelle : «Nous posons des pièges partout dans la région, pour le moment nous n’avons pas vu un seul moustique tigre. Il faut bien sûr rester vigilant, mais ne pas céder à la panique». Il est encore trop tôt pour savoir si les moustiques seront nombreux cette année, comme l’explique l’ingénieur : «Il y a des années à moustiques, cela dépend de la météo. Les moustiques apprécient particulièrement les périodes de fortes pluies suivies d’un grand ensoleillement lumineux».